Vers l’autonomie alimentaire

1 commentaire
vers l'autonomie alimentaire frédérique basset rue de l'échiquier

Comment produire soi-même de la nourriture quand on n’est pas agriculteur ? Vers l’autonomie alimentaire tente de répondre le plus complètement possible à cette question d’actualité : il paraît qu’il faudra nourrir 9 milliards d’humains en 2050, dont les deux tiers vivront en ville. Nous nourrir, donc, tout en limitant le plus possible le recours aux énergies fossiles (donc en snobant les transports, les intrants industriels et la mécanisation à outrance) et en préservant l’environnement. Le futur est donc au jardinage. La journaliste Frédérique Basset nous explique dans ce petit livre les principes de base pour jardiner de manière naturelle et le plus efficacement possible, que ce soit en bio, biodynamie, permaculture, ou encore selon l’agriculture du non-agir (inventée par le microbiologiste japonais Masanobu Fukuoka). Elle déroule aussi les fondements du jardinage. Qu’est ce qu’un sol vivant ? Comment conserver l’eau ? A quoi sert le compost ? Et le mulch ? Comment fabriquer du purin d’ortie ? Comment construire un jardin en lasagnes ? En carré ? En buttes ? Comment planter intelligemment (plantes compagnes, rotations) et attirer les petites bêtes (abeilles, syrphes, carabes, taupes –hé oui ! elles aèrent le sol-, oiseaux, araignées, etc.) ? Enfin, l’auteure nous montre que l’on peut faire pousser des plantes un peu partout. Exemples à l’appui, elle raconte la mise au vert de balcons, terrasses, jardins partagés, d’insertion ou encore familiaux, au beau milieu du béton… En bref, il y a de quoi motiver les urbains pour faire fleurir leurs fenêtres et fabriquer des seed bombs (bombes de graines)… à balancer dans la prochaine friche venue.

Vers l'autonomie alimentaire - Frédérique Basset
Rue de l'échiquier
122 pages
13 euros

Commentaires

Merci de nous avoir fait découvrir ce bel ouvrage, qui est une clé pour comprendre plus concrètement les enjeux planétaires autour de l'alimentation, les dégâts causés par l'industrie agro-alimentaire sur notre santé et celle de la planète. Nous avons dans la seconde partie des solutions locales pour mieux se nourrir.

Je reproche cependant à l'ouvrage de n'être pas assez pédagogique, car on s'attend, peut-être à tord, à trouver beaucoup plus d'illustrations quant aux différentes méthodes de jardinage.

Cependant, quand on ferme le livre, on est rempli d'une douce certitude, car les témoignages récoltés prouvent qu'il est possible de s'alimenter autrement, dans le respect de tous et surtout dans l'amour de la terre.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.