A Woman at war

1 commentaire

Un film militant, touchant et exaltant

Militant par le sujet. Zoom sur une activiste et ses actions : Halla, la cinquantaine, choisit de s'attaquer à l’industrie de l’aluminium. Elle prend tous les risques pour protéger les Hautes Terres d’Islande.

Touchant par l'histoire et la scénarisation musicale. Suspense et lyrisme se côtoient à quelques scènes d'intervalle. Riche en action et en émotion, le film émeut autant qu'il captive, surprend autant qu'il sublime. Un film riche à l'image de sa protagoniste, à l'engagement de terrain, au métier artistique de professeure de chant. Sororité, écologie et désobéissance civile sont abordées de concert pour notre plus grand plaisir.

Exaltant et prenant par l'héroïne qu'on suit dans les aventures militantes qu'elle mène au péril de sa vie. Portrait d'une écologiste engagée, en musique, accompagnée tout du long par un orchestre. En tant que compagnons de route d'Halla, ces musiciens peuvent incarner la solidarité de la totalité des êtres humains avec son action ainsi que son envergure planètaire. On réalise que le combat pourrait voire devrait être le nôtre : un combat pour notre environnement, notre maison mère. L'évocation de la maternité à travers l'adoption peut aussi y faire écho...

Les couleurs sombres du paysage, des vêtements des personnages ainsi que le rythme muscial transmettent aussi par leur solennité la gravité de la situation facilement transposable au monde entier.

La nature, à la fois défendue par Halla et décor du film qui se déroule en grande partie à l'extérieur, est presqu'élevée au rang de personnage. "Hostile quand elle abat ses averses glacées sur Halla qui fuit à travers les Hautes Terres d’Islande. Protectrice quand elle met sur le chemin de la militante la peau d’un mouton mort qui, posée sur son dos, trompera les drones de surveillance. Guérisseuse quand elle la réchauffe dans ses sources chaudes"*.

Benedikt Erlingsson s'intéresse à une femme lambda dont les actes de bravoure érigent en héroïne. Personnage interprétée par Halldora Geirharosdottir "apparition sublime de la femme commune, qui pourrait être la voisine de tout le monde et qui, quand elle part en mission, prend des allures de soldat frondeur"*. L'actrice joue à la fois Halla et sa sœur jumelle, Asa. La complémentarité du corps et de l'esprit ainsi que l'importance de la paix spirituelle est soulignée par le projet d'Asa retraite imminente dans un ashram en Inde. Le réalisateur semble signifier par ces deux personnages que la paix intérieure ne peut être que l'autre facette d'un engagement environnemental, comme une communion sacrée

Si nos critiques ne vous ont pas convaincu.e.s, l'actrice principale Halldora Geirhardsdottir a été nommée pour l'Award de la Meilleure actrice à l'European Film. Le film a également été nommé 3 fois à Cannes et reçu le prix SACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques).

*Véronique Cauhapé dans sa critique du Monde

Commentaires

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.