Les moissons du futur, de Marie-Monique Robin

 

L'agriculture sans pesticides, c'est possible. Des preuves? En voici dans le dernier film de Marie-Monique Robin, Les moissons du futur. Celui-ci sera diffusé sur Arte le 16 octobre à 20h40. La journaliste qui a réalisé, entre autres, Le monde selon Monsanto et Notre poison quotidien, présente cette fois des initiatives réussies en agroécologie, portées par de nombreux paysans à travers le monde.

Voici également la 4ème de couverture de son livre "Les moissons du futur. Comment l’agroécologie peut nourrir le monde", qui est en librairie depuis le 8 octobre (coédition La Découverte/Arte-Éditions):
'
«Si on supprime les pesticides, la production agricole chutera de 40 % et on ne pourra pas nourrir le monde».  Prononcée par le patron de l’industrie agroalimentaire française, cette affirmation est répétée à l’envi par les promoteurs de l’agriculture industrielle. De son côté, Olivier de Schutter, le rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations unies, affirme qu’il faut «changer de paradigme», car «l’agriculture est en train de créer les conditions de sa propre perte». Pour lui, «seule l’agroécologie peut relever le défi de la faim et répondre aux besoins d’une population croissante». D’après la FAO, il faudra augmenter la production agricole de 70 % pour nourrir 9 milliards de Terriens en 2050. Comment y parvenir ?

C’est à cette question que répond ici Marie-Monique Robin, en menant l’enquête sur quatre continents. S’appuyant sur les témoignages d’experts mais aussi de nombreux agriculteurs, elle dresse le bilan du modèle agro-industriel : non seulement il n’est pas parvenu à nourrir le monde, mais il participe largement au réchauffement climatique, épuise les sols, les ressources en eau et la biodiversité, et pousse vers les bidonvilles des millions de paysans. Et elle explique que, pratiquée sur des exploitations à hauteur d’homme, l’agroécologie peut être hautement efficace et qu’elle représente un modèle d’avenir productif et durable.

Du Mexique au Japon, en passant par le Malawi, le Kenya, le Sénégal, les États-Unis ou l’Allemagne, son enquête étonnante montre que l’on peut «faire autrement» pour résoudre la question alimentaire en respectant l’environnement et les ressources naturelles, à condition de revoir drastiquement le système de distribution des aliments et de redonner aux paysans un rôle clé dans cette évolution.
'
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.