Le documentaire « Le monde selon Amazon » de Thomas Lafarge

Synopsis : « Surfant sur la révolution numérique et misant sur l’achat compulsif et le besoin immédiat, la firme américaine Amazon a bâti le plus grand supermarché de l’histoire de l’humanité. À la tête de cet empire mondial, Jeff Bezos. Devenu l’homme le plus riche du monde, il traite d’égal à égal avec les chefs d’État les plus puissants de la planète. Fort de sa réussite, il prétend refonder la conception du commerce et du travail. Il expose sans complexe sa vision d’une nouvelle organisation de l’humanité. »

Ce mois-ci nous vous proposons le documentaire « Le monde selon Amazon » de Thomas Lafarge. C’est l’occasion d’en apprendre davantage sur ce géant du commerce en ligne qui alimente actuellement nombre de contestations : que ce soit la concurrence déloyale (notamment en cette année où les petits commerces et les artisan.es font face à de nombreuses difficultés), les conditions de travail des salarié.es (si le sujet vous intéresse, vous pouvez lire le livre  En Amazonie. Infiltré dans le « meilleur des mondes » de Jean-Baptise Malet) ou encore son impact environnemental désastreux


Le documentaire est disponible gratuitement sur la plateforme Imago TV.

Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, est un homme de Wall Street qui connaît le langage des investisseurs. Sa plus grande réussite ? Imposer une vision à long terme dans une société court-termiste. 
Ce documentaire nous propose un voyage aux multiples destinations
En passant par l’Inde, nous découvrons la manière dont Amazon a réussi à s’imposer : en vendant à perte, avec une concurrence qui ne peut se permettre de vendre de la même manière et qui finit par couler, au grand bonheur d’Amazon. Cependant, Amazon n’a pas encore réussi à installer son monopole en Inde et la lutte s’organise. 

Ensuite, en Allemagne, nous découvrons les conditions de travail des employé.e.s. Leur quotidien ? Des « séquences de mouvements » chronométrées et rationalisées, c’est-à-dire travailler comme une machine en étant contrôlé.e par une machine.

Puis, c’est aussi au cœur de la Commission Européenne à Bruxelles qu’il nous amène, l’occasion de découvrir comment l’Union Européenne tente d’imposer a souveraineté politique sur une entité économique. 

Ce documentaire est surtout un voyage au cœur des idées, une confrontation de visions de l’avenir bien différentes qui nous amène à nous interroger sur la place que nous sommes prêt.es à accorder aux grands géants de la sphère économique. 

Amazon, ce n’est pas seulement une plateforme du commerce en ligne, la compagnie prend petit à petit le contrôle de l’économie : elle est en train de devenir un acteur incontournable dans l’interface entre les producteur.trices et les consommateur.trices. Son activité était d’abord focalisée sur le marché des livres, mais maintenant nous pouvons aussi nous y procurer des vêtements, du matériel électronique, des produits de beauté, des vidéos à la demande, de la musique, des assurances, des médicaments… Amazon est en train de devenir le « gardien du temple » et sera bientôt en mesure de décider qui peut ou non entrer dans le marché. Le contrôle de l’économie, mais aussi une appropriation progressive des missions traditionnellement réservées aux politiques. 
En effet, Amazon possède 20% des locaux du centre-ville de Seattle, l’arrivée de ses cadres très bien payé.es ayant fait flamber le prix de l’immobilier de la ville. Le nombre de sans-abris a ainsi augmenté dans la ville. Le documentaire nous explique la manière dont la compagnie a délité la crédibilité du conseil municipal lorsqu’il tentait de mettre en place une taxe sur les grandes fortunes pour financer une politique de logement. Quelques semaines après, Amazon lance un fond monétaire pour permettre de loger les personnes précaires. Une entreprise qui déjoue et se substitue au pouvoir politique.  

Enfin, le documentaire nous amène au cœur du passé, pour comprendre dans quelle mesure, Amazon s’est inspiré de la contre-culture hippie américaine, mais en y perdant la vision sociale.  En effet, la plateforme de commerce d’Amazon se veut être la version capitaliste et numérisée du Whole Earth Catalog, un catalogue américain de la contre-culture du mouvement des communes. Ce catalogue recensait de nombreux produits, avec une liste de vendeurs, ainsi que des conseils pour produire soi-même.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.