Dans la crise il nous faut inventer de nouvelles solidarités

Paris le 26/03/2020. Faisant suite à une ordonnance du Conseil d’Etat du 22 mars, le Premier Ministre a annoncé lundi soir une restriction forte sur la possibilité de tenir des marchés de plein air pour des raisons sanitaires. Comment pouvons-nous maintenir, malgré une distanciation sociale demandée, le lien direct entre producteur et consommateur ? Ces modes de vente sont très présents en agriculture biologique et en agriculture paysanne, et sont au cœur d’un autre système agricole, celui dont on aura aussi besoin demain pour réinventer notre économie. Dans ce contexte, la FNAB et la Confédération paysanne s’associent pour diffuser au maximum les alternatives fiables sur le plan sanitaire aux marchés de plein air.

Distribuer des produits frais en vente directe, c’est encore possible !

« Cette crise nous ébranle et nous rappelle que la diversité est la clé, à la fois diversité dans les productions mais aussi dans les méthodes de commercialisation » explique Jean-Paul Gabillard, secrétaire national légumes à la FNAB.


Sur le web, des plateformes dédiées aux circuit court se sont créées ces dernières années pour faciliter les achats en direct à la ferme. « Nous allons mettre à disposition de tous les paysans et paysannes, sur nos sites web, la liste des outils que nous avons recensée sur lesquels ils peuvent organiser leurs ventes en ligne ainsi que le pré-paiement » explique Guillaume Riou, président de la FNAB.


De leurs côtés, les collectivités locales disposent de moyens logistiques comme les transports scolaires, ou des bâtiments publics vides qu’ils pourraient mettre à disposition de groupes de paysan-ne-s pour faciliter la livraison sur des points fixes ou carrément à domicile. Des mairies agissent déjà[1] « Nous appelons les acteurs publics de proximité à prendre le relai, qu’ils contribuent à maintenir ce lien social essentiel entre le monde agricole et leurs populations, ils ont des outils et un savoir-faire sur la logistique notamment qui doit pouvoir être mobilisé » conclut Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne.

Que vous soyez paysan, paysanne, consommateur-rice, ou acteur public de proximité, des solutions existent :

 

Contacts presse :

  • Guillaume Riou - 06 30 09 56 56 – président de la FNAB
  • Nicolas Girod – 06 07 55 29 09 – porte-parole national Confédération paysanne
     

[1] https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/haute-loire...

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.