OGM non merci: participez à la consultation publique du gouvernement

Champ de maïs - crédit: IITA Image library

Le ministère de l’agriculture a ouvert sur son site internet une consultation du public sur un projet d’arrêté qui interdirait la culture du maïs génétiquement modifié MON 810. Vous avez jusqu’au 9 mars pour y répondre. Une pétition est également en ligne. Après, printemps oblige, des agriculteurs pourraient semer des graines de maïs GM…

Vous pouvez tous participer à cette consultation publique, en vous rendant ici. Quelques lignes suffisent pour donner votre point de vue. Surtout, voici quelques arguments à donner dans votre message, arguments synthétisés par Agir pour l’environnement, les Amis de la Terre, Association pour la suppression des OGM dans l’alimentation, la Confédération paysanne, la Fnab, France nature environnement, Greenpeace et l’Union nationale des apiculteurs français notamment. Une pétition est également en ligne ici, que nous vous invitons à signer.

Le Conseil d’Etat avait invalidé en août 2013 un précédent arrêté pris par le ministre de l’agriculture en 2012 et suspendant cette culture. Motif : la dite suspension n’était pas justifiée. En clair, selon le Conseil d’Etat, le gouvernement n’avait pas démontré que la culture du MON 810 présentait « des risques importants avérés pour la santé humaine, animale ou l’environnement ».

Le nouveau projet d’arrêté semble combler cette lacune, puisqu’il précise que « des publications récentes apportent des éléments scientifiques nouveaux nouveaux mettant en évidence des risques liés au maïs MON 810 ». Citant notamment des mécanismes de résistance chez un insecte ravageur, une toxicité soupçonnée sur des organismes non-cibles, notamment des animaux auxiliaires des cultures tels que les araignées et une espèce de papillon.

L'urgence de cet arrêté découle du fait qu'une proposition de loi, visant à interdire la culture de tous les maïs transgéniques en France, a été déposée en février... mais a été jugée irrecevable - sur la forme - par le Sénat le 17 février, comme on peut le comprendre sur Inf'OGM. Cette loi a été néanmoins déposée à l’assemblée nationale, qui devrait s'y plonger en avril. Elle prendrait en compte d’autres plantes génétiquement modifiées, telles que le maïs TC1507 de Pioneer. Ce qui serait une bonne chose: ce maïs sera prochainement autorisé par la Commission européenne, du fait d’une absence de majorité qualifiée lors du vote des Etats membres.
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.