Dentifrice à l'argile... maison!

1 commentaire

Par Christian MEUNIER

 
Voici une recette pas chère pour fabriquer son dentifrice à l’argile à peu de frais !
Elle m’a été donnée par un dentiste sensibilisé aux médecines énergétiques et « complémentaires »…
 
Ingrédients
  • Argile verte en granulés
  • Eau
  • Huile d’olive bio, première pression à froid
  • Sel fin
  • Huile essentielle
 
Matériel
Un petit récipient que l’on pourra fermer avec un couvercle étanche (j’utilise une petite boîte  d’environ 5x5 cm et d’à peu près 2 cm de haut, du style Tup… que ma grand-mère connaissait déjà mais en massacrait la prononciation !)
Une petite cuillère en bois (ou en plastique).
 
Préparation 
  • Mettre de l’argile verte dans le récipient 
  • Couvrir l’argile d’eau et laisser fondre pendant quelques heures.
  • Ajouter de l’huile d’olive et mélanger jusqu’à obtenir une pâte onctueuse.
  • Ajouter un peu de sel fin et… mélanger
  • Compléter la préparation par quelques gouttes d’huiles essentielles selon votre goût.
  • Bien mélanger.
  • Votre dentifrice est prêt à l’emploi…
 
 
Précautions
Penser à bien refermer la boîte après chaque utilisation afin qu’il ne sèche pas. 
La conservation, ne devrait poser aucun problème en raison de l’action bactéricide de l’argile et surtout de la majorité des huiles essentielles. Il est fortement recommandé de ne pas utiliser d’ustensiles métalliques pour la préparation et, éventuellement, pour se servir dans la boîte.
 
Notes sur les huiles essentielles
Il est possible d’utiliser, selon votre goût, diverses huiles essentielles telle que :
  • Girofle o. p. clou
  • Citron o. p. zeste
  • Romarin officinal s. b. 1.8 cinéol
  • Romarin officinal s. b. verbenone
  • Thym vulgaire s. b. linalol
  • Thym vulgaire s. b. thuyanol
  • Eucalyptus radiata
  • Menthe poivrée
  • Menthe verte (et autres menthes)
  • Sauge officinale…
  • Mandarine o. p. zeste…
 
Cette liste n’est pas exhaustive mais elle offre déjà une possibilité de trouver des saveurs qui conviennent à tous. J’ai effectué d’autres tests avec lavande officinale, mirte, palmarosa, petit grain bigaradier… mais ces huiles essentielles ne sont pas toujours aussi agréables en bouche qu’à l’odeur !
 
Le dosage doit être effectué avec précaution et il vaut mieux commencer par quelques gouttes puis en rajouter si le goût ne vous semble pas assez prononcé ! Il n’est pas possible d’enlever l’huile essentielle du mélange et un dosage trop fort de cou de girofle, de menthe poivrée, par exemple, peut s’avérer fortement désagréable voire agressif !
 
Pour l’achat de vos huiles essentielles, il est très important d’être vigilant sur la qualité, sur la provenance, l’organe producteur (o. p.) et la composition chimique (s. b. = spécificité biochimique).
Il faut savoir que l’appellation « pure et naturelle » n’est absolument pas un critère car une huile chère, telle que le thym (par exemple) peut être diluée avec de l’essence de térébenthine qui est une autre huile essentielle (pinus pinaster) beaucoup moins chère et l’ensemble reste pur et naturel !
La spécificité biochimique doit aussi faire l’objet d’une grande attention car, par exemple,  le thym s. b. linalol est assez doux et est souvent prescrit aux enfants alors que le thym s. b. thymol est très agressif, hypertenseur et n’est pas du tout conseillé dans le dentifrice car il peut brûler les muqueuses malgré un dosage faible. Il a en plus des contre indications … (entre autre)
Idem pour les eucalyptus dont il existe de nombreuses variétés et donc spécificités biochimiques. L’eucalyptus citriodora (eucalyptus citronnelle) agresse les muqueuses respiratoires à des doses assez faibles…).
Bref, il n’est pas question de faire ici un cours sur les huiles essentielles. Il faut simplement savoir que ce sont de vrais médicaments et qu’il faut les utiliser avec précaution.
 
L’exemple du dentifrice montre que si l’on prend un peu de temps, on peut réaliser de substantielles économies tout au long de l’année et l’on s’aperçoit que le « bio » peut-être à la portée de nombre d’entre nous malgré les problèmes économiques actuels.
Il me semble qu’il en va un peu de même en cuisine, préparer des produits de qualité ne doit pas revenir plus cher que d’acheter des plats préparés de mauvaise qualité…
 
 
Alors, à vos spatules !

Commentaires

Attention !! Les boites de type Tupperware sont en plastique, et lorsque l’argile est au contact de plastique, elle perd une partie de ses propriétés. Mieux vaut utiliser un pot en verre (type petit pot de confiture).

Pareil pour les cataplasmes, beaucoup utilise du film alimentaire, mieux vaut utiliser des bandages en tissus.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.