dossiers et débats

Portrait d'une Bio Consom'actrice : Alice

Comment as-tu commencé à consommer responsable?

Il y a des choses que je faisais depuis longtemps, comme acheter des habits, des livres et des objets de seconde main. D'abord parce que ce n'est pas cher. Ensuite, parce qu'un père brocanteur m'avait incité à mettre mon nez dans les trésors qu'on trouve dans les vide-greniers.

Pour l'alimentation, la prise de conscience puis l'action sont venus plus progressivement: un passage chez Greeenpeace en tant que bénévole, la rencontre de mon mari (agronome) qui, du fait de ses études, a une vision très claire de ce qu'est une agriculture soutenable. Le vrai déclencheur a été le film "solutions locales pour un désordre global" (Coline Serrault) à la suite duquel je me suis dit "bon, maintenant il faut vraiment faire quelque chose".

Par où commencer?

Si j'avais un seul conseil à donner, ce serait de ne pas aller dans les magasins ;). Ça fait horriblement envie et il est difficile de résister. Idem pour la télé. Même après plusieurs années de conviction autour de l'achat nécessaire, de l'impératif écologique de la frugalité, je peux me laisser tenter par un truc impulsif en le voyant (ça peut aller du biscuit LU à l'huile de palme à la robe en solde...).

Bref, pour l'alimentation, je fais mes courses une fois par semaine à la biocoop et c'est tout. Je ne vais dans aucun autre magasin, sauf si j'ai une raison impérative.

A la biocoop, j'ai progressivement éliminé les contenants: j'apporte mes sacs en papier ou tissu pour les fruits et légumes, le pain (je colle les étiquettes sur le dos de ma liste de courses que j'écris sur des documents photocopiés rapportés de la poubelle de tri du bureau). J'apporte une boîte en plastique pour le fromage, une autre pour la viande. Des pots en verre pour le vrac (pâtes, riz, ...). Reste le beurre et la mozza qui sont emballés + les épices, la moutarde, le poisson pané, les glaces: il faudrait que j'aille au marché, mais ça ne tient pas aujourd'hui dans l'organisation familiale. C'est ma marge de progrès!

Pour ne pas être dépassée par la cuisine, je prépare les menus avant d'aller faire les courses (ou mon mari, chacun son tour). Et on fait toute la cuisine pour la semaine le samedi après-midi. Ensuite, on met au frigo, on congèle. Et on est tranquille les autres jours!

Pour les habits, je me sers des brocantes, un peu du bon coin. Ça marche pour mes habits, ceux des enfants, mais ça ne marche pas pour tout: j'achète les chemises bio du papa sur internet, pour les costumes, on n'a rien trouvé d'intéressant pour l'instant. Si quelqu'un a une piste pour des costumes de boulot qui ne soient pas en velours côtelé... Les sous-vêtements, c'est aussi en coton bio sur internet. Sont donc achetés en boutique: les costumes, les chaussures des enfants et mes soutien-gorge.

Pour notre habitation: nous avons fait isoler par l'extérieur et installé une pompe à chaleur. Notre fournisseur d'électricité est Enercoop. Nous avons mis nos comptes à la NEF. Nos économies sont pour partie chez Terres de lien.

Voilà ! Si j'ai un conseil à donner: ne vous culpabilisez pas, ça ne fait rien avancer. Commencez par une petite chose qui vous paraît facile et avancez. Tout ce que vous ferez sera un plus par rapport à la situation actuelle.

Alice

Environnement
Sociétal

Ajouter un commentaire